M1 évolue, l’orbanisme reste

Photo : MTI.

Focus sur l’homme-tronc. Photo : MTI.

Le vaisseau-amiral de l’audiovisuel public hongrois a choisi le dimanche 15 mars, jour de fête nationale, pour changer de peau. Plateau futuriste façon CNN, flashs plus réguliers et même des news 100 % in english ! Non sans tuiles. Perpétuant, au-delà de la refonte esthétique, une subjectivité quasi-militante frisant la parodie de journalisme. Au bénéfice du leader de la Fidesz, ça coule de source.

Balázs Somorjai a peur. M1 new-look se rôde. Plantage interdit. Il donne la parole à une envoyée spéciale en Slovaquie. Car oui, on célèbre la révolution et la guerre de libération de 1848-49 jusque dans les ex-provinces magyares. Souci : le son déconne à Bratislava. La journaliste rousse et cocardée blablate à blanc devant la statue du poète Sándor Petőfi. Retour studio. Panique. Magnéto de secours. Bug. Désastre (à partir de 1’55 sur la vidéo).

L’incident serait sans doute passé inaperçu s’il ne couronnait pas une montagne de ratés. Météo qui annonce trois jeudis dont l’un à 35 degrés en mars, bandeaux défilants bloqués, synthé foireux renommant Ádár (rajoutez un K au début et vous obtiendrez le patron de la Hongrie communiste de 56 à 89) le président János ÁderD’où le surnom de « chaîne nationale Benny Hill » donné au néo-M1 par le pure-player Index. Et c’est encore gentil.


« Violet citoyen »

Les intentions sont pourtant là. La télévision d’Etat a fouillé jusqu’à Londres pour dénicher la société de média-design Jago. Vingt-cinq ans de métier. BBC World, Sky, ITV News et Al-Jazeera sur son tableau de chasse, raconte Simon, le boss, dans un pseudo-reportage à la gloire du chantier entrepris. Du gros calibre. Résultat : un décor lilas divisé en trois parties. Anchorman au centre, entretiens à gauche, duplexs et points météo à droite.

Tout autour, une armature en plexiglas. L’assurance d’un projet solide et rameuteur d’audience ? A trois ou quatre milliards de forints (9,87 ou 13,16 millions d’euros) l’année de fonctionnement minimum, il vaudrait mieux. Quant à la teinte violette choisie, celle-ci serait, dixit une enquête réalisée par MTVA (le groupe d’audiovisuel public, ndlr), la plus appropriée à un public hétéro et familial. Y’a un train de retard côté mœurs, on dirait.

« En dépensant plus d’argent à elle seule que l’ensemble des chaînes privées, MTVA a concrètement voulu créer de ses propres mains le CNN magyar en quelques mois. Ou au moins un mix entre le professionnalisme manipulateur de Fox News et la propagande informative kazakhe », ironise le chroniqueur Zoltán Szabó, taclant dans son élan une architecture bateau à base de cercles concentriques « digne d’une télévision régionale ».

Photo : MTI.

Le coin Jean-Michel Apathie. Photo : MTI.

Soyons pas (trop) bégueules, le brainstorming a eu du bon. Condensés d’actu en une minute chrono pour ceux qui ont à peine le temps d’ingurgiter leur café. Flashs toutes les heures jusqu’à minuit histoire d’écraser le rival suprême RTL Klub et son unique JT de 18h30 ou la honteuse car « libérale » ATV et ses deux grands-messes (17h45-18h45). Journaux en langue anglaise afin d’appâter les étrangers curieux. La stratégie se tient.

Piliers de la grille ? Un 6-9 comprenant la sacro-sainte interview matinale (7h20). Un midi quasiment tout info jusqu’à 14 heures. Un soixante minutes de prestige à 19h30 mené en alternance par les deux vedettes maison Balázs Németh et Miklós Borsa. Plus cinq nouveaux magazines de la rédaction dont Unió (la Hongrie face aux enjeux européens), Kosár (signifiant « panier » et parlant consommation) et Tessék! (sur le show-business).

Canal-Viktor

Si MTVA s’est débarrassée illico presto de l’un de ses réalisateurs en chef après le chaos du 15 mars – black-out temporaire compris -, difficile d’en dire autant au sujet de l’orbanisme et du degré d’investigation proche de zéro de son pôle news. Exemple numéro 1 : durant sa première heure et demie, le M1 lifté a bazardé l’actu au profit des festivités. Concevable, OK, mais peu justifiable. Le monde tourne, y compris un jour férié.

Exemple numéro 2 : après la traditionnelle levée des couleurs devant le Parlement accompagnée de l’hymne hongrois, Viktor Orbán a prononcé son discours annuel devant le musée national. Et qui a-t-on missionné pour l’analyser ? Un membre de la fondation Századvég, simili-laboratoire d’idées inféodé aux intérêts Fidesz. Dont le taulier, Péter Heim, est sur la « liste noire » de Washington suite à une affaire de « TVA évadée ».

Preuve numéro 3 : les opposants, qu’ils soient socialistes (MSZP), écologistes (LMP), ou centristes peinent toujours à se faire entendre. Tiens donc, la chaîne compenserait-elle la perte de la « super-majorité » parlementaire conservatrice après l’élection du candidat indépendant Zoltán Kész à Veszprém ? Sans oublier les sujets « minorités » d’outre-frontières, serpent de mer du révisionnisme ambiant depuis le traité de Trianon (1920).

Photo : DR.

8 préposés aux « news », 1 femme. Une certaine idée de la parité. Photo : DR.

« Bénéficiant d’un confortable matelas financier, le néo-M1 a été conçu pour montrer une réalité alternative suggérée et vécue par le gouvernement. Si Orbán croit sincèrement à cette démarche, alors la télé publique ne ramènera pas les électeurs dans son giron. Pire, elle l’enfermera encore plus dans son petit monde en voie de rétrécissement », avertit le politologue Zoltán Lakner dans une tribune parue sur le site Hir24.hu.

Un « matelas » bourré de redevance télé. Valeur totale estimée : 80 milliards de forints (263,2 millions d’€) utilisables sur l’exercice 2015. Non content de phagocyter l’info (M1), de draguer la jeunesse (l’enfantine M2 transformée en Petöfi « alternative » le soir) et de recycler les vieilles K7 (M3), le paquebot MTVA lancera un canal 100 % sports (M4) dès le 5 juillet. Tendance monopole étatique. Comme à l’époque du marteau et de la faucille.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s